logo-Institut-Mustapha-Gaouar

Les opportunités d’affaires du marché algérien présentées à Paris

Réfléchir à un partenariat méditerranéen avantageux

PUBLIE LE : 15-06-2011

Une conférence-débat axée sur les opportunités d’affaires entre l’Algérie et la France a été organisée mardi soir à Paris, à l’initiative de l’Association d’affaires de la Méditerranée pour l’Algérie (Elma) en partenariat avec le Monitor du commerce international (Moci) et la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP).

A la faveur de cette rencontre, des chefs d’entreprise algériens ont présenté à leurs partenaires français, intéressés par des opportunités d’investissement, le contenu des réglementations et législations appliquées à l’économie nationale depuis 2009, pour les éclairer sur le bien-fondé de la batterie de mesures prises par l’Algérie pour conforter son économie dans le cadre d’un partenariat mutuellement avantageux.

Pour quel type de partenariat est-on prêt de part et d’autre ? Quelles formes de coopération pour un échange gagnant-gagnant entre les sociétés françaises et algériennes sont des interrogations parmi d’autres soulevées par les intervenants algériens et français lors de cette rencontre articulée autour de quatre sessions de travail destinées à éclairer les entrepreneurs français sur les atouts de l’économie nationale.

Tour à tour, des opérateurs économiques nationaux sont intervenus pour souligner la portée des mesures prises par l’Algérie, tant décriées par les investisseurs étrangers, et que le pays, soucieux de sa souveraineté, a adoptées pour protéger son économie, en réduisant la hausse considérable des importations et en décidant de promouvoir la production nationale.

Donnant son point de vue sur les évolutions récentes en matière d’environnement des affaires, M. Samir Hadj Ali, à la tête du groupe « Mazars », spécialisé dans l’expertise comptable, a rappelé que l’Algérie avait pris « des décisions souveraines dans un contexte particulier, marqué par la crise économique » et que l’encadrement plus strict des activités des investisseurs et importateurs étrangers, adopté par les autorités algériennes, « était destiné à réduire les sorties de capitaux ».

Revenant sur la loi de finances complémentaire (LFC) de 2009, il cite les mesures destinées à contrôler les importations, celles visant à réduire la sortie des capitaux et à mieux contrôler les sociétés étrangères (la règle du 51/49), ainsi que les principales mesures adoptées dans le cadre de la LFC 2010.
Me Moundji Maoui, avocat en droit des affaires, a déploré pour sa part « le manque de confiance » entre les entrepreneurs des deux pays, s’interrogeant sur les clefs qui permettraient aux entreprises des deux pays de mieux communiquer pour parvenir à un partenariat profitable aux deux partenaires.
Il a également cité la question de la ressource humaine, qui, a-t-il dit, « mérite d’être mieux appréhendée, compte tenu de son importance dans le processus d’échanges d’expériences, ainsi que dans la prospection des marchés », tant en Algérie qu’en France.

Il s’étonne ainsi que lorsque des entreprises françaises cherchent à s’implanter en Algérie, elles ne trouvent pas sur place des « Maghreb Desk », autrement dit des équipes d’experts susceptibles de préparer l’implantation des sociétés françaises, par leur capacité à maîtriser les caractéristiques des marchés algérien et français.

M. Mounir Gaouar, président de « Coffega International », société de négoce, a déclaré que l’Algérie était « prête à accueillir les entreprises françaises qui veulent participer au développement de l’Algérie dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant ». Il a en outre souhaité que les entreprises françaises désirant investir en Algérie, « partent avec la volonté d’apporter à l’Algérie le savoir-faire et le transfert de technologie, qui lui permettront de créer des emplois, exporter des produits finis et permettre à son économie de mettre fin progressivement à sa dépendance des hydrocarbures ».

M. Gilles Dabezies, directeur des actions et de la coopération internationales à la CCIP, qui lors du débat a qualifié l’Algérie de « plus gros marché du Maghreb », a relevé la présence d’un
« véritable tissu industriel » en Algérie, soulignant la « qualité du marché algérien doté de tous les atouts pour attirer les investisseurs français, dont sa solvabilité ».

Il a également admis que les réglementations prises par l’Algérie
« répondaient à une situation de crise économique qui n’a épargné aucun pays », relevant cependant que les « inquiétudes soulevées par ces mesures devraient toutefois conduire les entreprises françaises à mieux s’adapter au nouvel environnement des affaires en Algérie et réfléchir à des formes de partenariat mutuellement avantageux".

Il a assuré que le rôle de la CCIP est précisément d’aider les PME françaises intéressées par le marché algérien à prendre en compte la réalité juridique, fiscale et financière de ce marché « pour mieux appréhender les avantages d’un marché aussi important que celui de l’Algérie ».

L’eurodéputé Jean-Marc Cavada a quant à lui souligné « les promesses et potentiels que recèle l’Algérie », estimant que l’Europe a « une responsabilité pour nouer des accords de plus haut niveau de partenariat avec la rive sud et notamment avec l’Algérie qui combine des facteurs que d’autres pays n’ont pas pour l’instant », à savoir « une prétention économique avec un facteur de richesse extrêmement important ».

Cette rencontre intervient dans le sillage du forum d’affaires algéro-français, réuni en mai dernier à Alger, pour initier de nouveaux projets ou en relancer d’autres.

Publié dans :Algérie , France , partenariat

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/13307

Dans cette rubrique

Revue de presse

L'événement

COFFEGA partenaire d’ACFA92 pour le Colloque ALGERIE-Le jeudi 24 novembre 2011

Paris La Défense COFFEGA INTERNATIONAL partenaire de L’Association ACFA 92, qui œuvre pour le renforcement des liens entre la France et l’Algérie, (...)

Industrie de la torréfaction du café : Deux Algériens honorés en Allemagne

L’industriel franco-algérien, patron du Coffega, spécialisé dans le café de père en fils, Mounir Gaouar et Zahir Khier, ont eu tous les égards de la (...)

Mounir Gaouar. industriel franco-algérien « Offrir à mon pays le transfert de technologies »

Né en 1955 à Tlemcen, Mounir Gaouar, diplômé de l’école supérieure de commerce de Paris et titulaire d’un doctorat d’économie à la Sorbonne, est le (...)

Diaporama